Et si les incendies de cet été s’étaient propagés dans vos locaux ?

Les incendies de cet été par leur ampleur et leur vitesse de propagation nous ont tous surpris. La zone industrielle de Vitrolles n’a pas été épargnée et certaines entreprises ont subies d’importants dommages. Ces événements vous amènent légitimement à vous demander Comment suis-je assuré  et comment gérer la crise pour redémarrer au plus tôt mon activité ?

Un programme d’assurance fiable, adapté et sécurisant se construit à partir de l’identification et la quantification des risques majeurs de l’entreprise, ceux dont l’impact peut remettre en cause sa pérennité.

Les événements qui peuvent gripper la machine sont multiples; leur origine peut être liée à des faiblesses internes dans les processus de maîtrise des risques mais également à des menaces externes : Indisponibilité du site suite à incendie mais également inondation ou catastrophes naturelles, indisponibilité de l’informatique (arrêts des systèmes d’information), indisponibilité des ressources humaines (mouvements sociaux, pandémie), indisponibilité de fournisseurs/sous-traitants/clients stratégiques…

Une fois identifiés et hiérarchisés les risques peuvent être traités et réduits, et certains seront transférables à l’assurance. Un contrat d’assurance s’analyse en 2 temps : 1) les conditions particulières qui sont le reflet de vos activités, capitaux, garanties souscrites, sous limites, engagements contractuels, franchises et prime 2) Les définitions des biens et événements assurés et les exclusions afférentes qui déterminent l’application du contrat en cas de sinistre. Focus sur le contrat incendie, quelques points clés : des capitaux suffisants et régulièrement mis à jour, des définitions larges des biens et événements assurés, des garanties spécifiques en rapport avec vos risques telles que la carence de fournisseur/client, l’impossibilité d’accès, la contrainte administrative etc… Une attention particulière doit également être portée sur certaines clauses contractuelles « pièges » qui peuvent impacter l’application des contrats ou le montant des indemnisations. On citera notamment la clause de connaissance de risques, les limites contractuelles d’indemnité, l’application de la règle proportionnelle…

La clientèle perdue se reconquiert difficilement ou jamais. En cas d’événement majeur, quelque soit la qualité de votre contrat, si vous n’avez pas anticipé un plan de redémarrage rapide de votre activité il y a fort à parier que vos clients se tournent vers vos concurrents et ne reviennent pas, fragilisant durablement l’entreprise ou pire l’obligeant à déposer le bilan. Or comment être résilient et assurer la continuité de l’activité : grâce à un outil et une méthodologie le Plan de Continuité d’Activités. La norme ISO 22301 a défini les exigences et les attentes en matière de continuité d’activités qui comprend dans les grandes lignes :

Une analyse globale des risques, une stratégie de continuité (production, informatique, RH, site) en cas de crise et de survenance d’un risque majeur, la mise en œuvre d’un plan de gestion de crise, une formation en gestion de crise et un test de continuité au travers d’un exercice de simulation de crise.

De plus cette norme est certifiable au même titre que les normes 9001 ou 14001 ce qui peut contribuer à la compétitivité commerciale de votre organisation et à l’amélioration de votre classement fournisseurs. Pour en savoir plus, et en partenariat avec Adenium (leader en France dans la mise en œuvre de PCA), GRCA vous accompagne dans votre démarche de continuité d’activités et de fiabilisation de vos contrats d’assurance. Consultez nous !